L'ATELIER DES DEUX SAINTS JEAN, 
LES JANINS 45220 (LOIRET)  MELLEROY  - FRANCE - TEL : 02 38 95 39 43
Accueil - L'Icône : une discipline spirituelle - Les Icônes - 
cours et stages d'iconographie - Réflexion sur l'art - Expositions - Traité de peinture - 
Scénographie - Affiches de théâtre - Peintures - Graphisme - Illustrations
 
 

 

 Les deux saints Jean

Il nous a été demandé à plusieurs reprises ce que signifiait l'intitulé de notre atelier et qui étaient ces deux Saints Jean. Voici une brève réflexion qui, nous l'espérons, répondra à ces questions.

Il s'agit, naturellement, de Saint Jean l'évangéliste (ou le théologien) et Saint Jean le Baptiste*.

*Note : dans le monde latin, le prénom Jean-Baptiste a voilé le prénom initiale : Jean. C'est d'ailleurs le même problème pour les prénoms composés. Très souvent, dans l'orthodoxie, on a préféré le signifié comme : Jean le Baptiste, le Prophète et Précurseur. Cette observation nous fait penser que les noms de familles sont issus, a l'origine, de sobriquets, de fonctions sociales ou artisanales. Dans la chrétienté des premiers siècles on surnomme les personnes pour les distinguer : Jacques le majeur, Denis l'aréopagite, Jean Damascène, etc. Ce qui constitue aujourd'hui le prénom de chacun était, à l'origine, le vrai nom. On retrouve ce même principe pour nommer les rois même lorsque qu'on rajoute un nombre.

Jean le Baptiste occupe une place très particulière. Il est prophète au même titre que tous ceux de l'ancien testament et cependant il est inclu dans la "déisis" face à la Vierge Marie, entouré des apôtres, des pères de l'églises, etc. Lui-même ne s'est pourtant jamais réclamé de Jésus Christ (dont il est cousin) bien que le baptisant et le reconnaissant comme Christ. Cette "voix qui crie dans le désert", cet ascète qui se nourrit de sauterelles, qui affirme : " ... il faut qu'il (le Christ) croisse et que je diminue ..." symbolise le "passage" de l'ancien au nouveau (testament). Curieusement, son disciple André qui le quitte pour suivre le Christ, conserve la même caractéristique iconographique que Jean. (Saint André est dit "le premier appelé").

Lorsque nous avons créé l'atelier, ces deux Saints patrons se sont imposés du fait même du nom du lieu où se situe celui-ci : les Janins. En effet, le nom de ce lieu-dit se rapporte à des Jean(s) dont nous ne savons pas grand chose sinon qu'ils font allusion à des simples d'esprit (ce qui n'est pas pour nous déplaire). Sans aller plus loin et nous satisfaisant de cette "providence", nous avons également choisi ces deux Saints Jean pour nous patronner parce qu'ils représentent chacun un aspect particulier de la quête spirituelle au sein du christianisme et sont situés, dans le calendrier, aux soltices d'hiver et d'été. Ils symbolisent la marche ascendante et descendante du cycle annuel qui, par sa répétition, illustre la marche du temps.

Cette marche (ascendante et descendante) se trouve renforcer par le double sens du nom Jean. En effet, le mot hébreu hanan signifie à la fois "miséricorde" et "louange". Le nom Jahanan (Jean) a comme double sens "miséricorde de Dieu" et "louange à Dieu". La miséricorde comme mouvement descendant se rapporte à Jean le Baptiste et la louange à Jean l'évangéliste comme mouvement ascendant. Là encore, ce double mouvement n'est pas sans rapport avec l'inspire et l'expire ; inscrit dans le cycle annuel par la Saint Jean d'été (le Baptiste) et la Saint Jean d'hiver (l'évangéliste), il suscite à la fois cette respiration sans cesse renouvelée de la création, mais aussi la nôtre envisagée comme "méditation" "incantation". En d'autres termes : l'association des "deux Saints Jean" forme, symboliquement, une autre expression de la "prière du coeur " ou "prière de Jésus". Petite précision qui n'est pas inutile : Saint Jean le Baptiste se trouve toujours situé au Sud sur la déisis (à droite pour le spectateur) qui implique les idées de chaleur et de joie d'où l'origine des feux de la Saint Jean.

La "discipline iconographique" suppose la reconnaissance et l'approfondissement de cette voie si particulière qui consiste à se fondre dans cette double démarche : accepter le "don" (miséricorde) et "oeuvrer" avec une vraie intelligence et humilité (louange). Nous devons toujours avoir à l'esprit que l'art sacré, par nature, nous sauvegarde d'un danger bien réel que certains spirituels expriment sous la forme : "... lorsque le génie individuel risque de s'abîmer dans quelque monomanie hybride ... l'artiste doit veiller à s'affiner et se développer en profondeur au lieu de se dilapider en largeur ...".

Voici brièvement exprimées les raisons qui nous ont déterminé à susciter le "patronnage" des deux Saints Jean.